Le bilan carbone : qu’est-ce que c’est ?

Le réchauffement climatique inquiète notamment à cause des émissions de gaz à effet de serre. De nombreuses mesures ont été mises en place au niveau international pour lutter contre ce phénomène. Parmi elles, figure le Bilan Carbone. Cette démarche permet la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre (GES) directes ou indirectes. Connaître son Bilan Carbone est possible que l’on soit un particulier, une collectivité, une administration ou une entreprise car les méthodes pour comptabiliser sont publiques.

Ce processus a été créé en 2002 par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et a été repris en 2011 par l’Association Bilan Carbone. En France, cette appellation est aussi devenue une marque déposée correspondant à une technique ou un outil de compatibilité carbone. L’usage de la marque n’est possible que pour les adhérents à l’Association Bilan Carbone.

 

Pourquoi faire ce bilan ?

D’abord parce qu’il s’agit d’une obligation. Certaines structures comme les collectivités enregistrant plus de 50000 habitants, les entreprises de 500 salariés et plus et les établissements publics de 250 personnes et plus doivent réaliser une comptabilité carbone conformément aux exigences imposées par l’article 75 de la Loi Grenelle II.

Les entreprises désireuses de trouver les solutions pour économiser les énergies carbonées et qui veulent réduire progressivement l’usage des énergies fossiles ont aussi intérêt à faire établir leur bilan GES. De même, mettre en place cette comptabilité est un excellent moyen de devancer les obligations réglementaires à l’échelle nationale, européenne voire mondiale. A titre d’exemple, au niveau européen, certaines mesures ont déjà été mises en place comme le service taxe carbone et d’autres sont en gestation comme l’étiquette écologique qui entraînera des hausses fiscales sur certains produits notamment les automobiles.

Grâce à ce bilan, il est possible non seulement de calculer ses émissions de gaz à effet de serre mais aussi de créer une stratégie destinée à combattre le réchauffement climatique.

 

Comment faire un bilan carbone?

Pour élaborer son projet d’évaluation et de baisse des rejets en GES, six étapes sont à respecter. La démarche débute par des actions de sensibilisation puis se poursuit par la définition du périmètre d’analyse. Ceci fait, une première récolte d’informations sera nécessaire. Les résultats des données obtenues seront ensuite analysés. Une fois ces étapes effectuées, un plan d’action est à mettre en place pour voir comment on peut réduire ses émissions en GES. La sixième et dernière étape quant à elle consiste à mettre en pratique les actions de réduction.

Les niveaux Scope 1 et Scope 2 sont pris en compte dans la comptabilité carbone. Le Scope 1 correspond à la totalité des émissions directes des dispositifs fonctionnant à l’énergie fossile. Le Scope 2 quant à lui est le total des émissions indirectes relatives à la production ou l’achat d’électricité.

 

Les différents types de comptabilité carbone

Le Bilan Carbone se décline en différents types et peut concerner un service, un produit ou encore une activité. Par exemple, la comptabilité carbone d’un produit permet de calculer les émissions de GES durant sa fabrication. Les émissions relatives à la consommation énergétique ou aux matières premières sont également mesurées.

Une comptabilité carbone d’un chantier aide à mesure les rejets en GES durant la réalisation qu’il soit question de terrassement et voirie, de construction ou rénovation, de création ou entretien d’espaces verts…

Pour en savoir plus sur ces bilans GES, il suffit d’aller consulter certains sites de référence comme http://www.bilans-ges.ademe.fr/ ou http://www.associationbilancarbone.fr/ .